Cocktail chimique sur notre peau: en avons-nous assez ?

Cocktail chimique sur notre peau : en avons-nous assez ?

 Y a-t-il dans votre entourage des personnes sensibles aux déodorants, crèmes ou savons commerciaux ?  Il y a longtemps que je sais qu’on retrouve dans les produits d’hygiène  et de soins industriels des substances à risque pour notre santé.  J’avoue cependant que j’ai mis un certain temps à en saisir toute l’ampleur !  Et vous, que savez-vous à ce sujet ?

Accumulation des substances

Plus ces substances se multiplient, un dans le savon à mains, l’autre dans le baume à lèvres, un autre dans le gel douche, le dentifrice, le maquillage, la crème hydratante, etc , plus la toxicité s’élève dans nos corps.

Car ce cocktail chimique, rempli de composants méconnaissables, qu’on nous vend à coup de millions de dollars en marketing, nous empoisonne à petit feu…  Certains sont non seulement cancérigènes et allergisants mais plusieurs ont aussi une  incidence clairement démontrée sur notre précieux équilibre hormonal.  Sans parler de l’impact environnemental pour plusieurs d’entre eux !

Comment s’y comprendre ?

Tout cela explique que graduellement j’ai cherché à fabriquer mon savon, et aussi des produits de soin aussi simples que possibles, utilisant des ingrédients sains, sûrs et non toxiques…

Pour en savoir plus, allez voir sur mon site internet la section « Tous les produits » et sélectionnez la catégorie « Cosmétiques ».  Voir aussi mon blogue « Du shampoing et pas de bouteille à la mer!!! ».

Série de blogues à venir

Je me propose de partager avec vous une série de bloques sur cette thématique afin de vous introduire doucement à la vérité sur l’industrie, à quoi faire attention et comment développer des alternatives.

Ce sujet est vaste comme la mer et s’y perdre est facile.

Recette à la fin de cet article

À la fin de l’article je partage une recette toute simple pour vous aider à vous passer de ces poisons.

 

3 ingrédients à surveiller (il y en a d’autres – sujets d’un blogue subséquent)

Soyez sur vos gardes si vous retrouvez sur les étiquettes ces ingrédients :

1.  Les huiles minérales

Les paraffines dérivées du pétrole sont très avantageuses pour l’industrie cosmétique.  Elles sont à la fois simples à travailler et très bon marché, apportent de la stabilité dans les formules.  Elles ont en outre un pouvoir « occlusif », ce qui leur permet de former un léger film sur la peau et de limiter la perte naturelle en eau. Elles sont donc de bons hydratants par voie indirecte, par contre ces huiles artificielles empêchent la peau de respirer.  Ces huiles minérales comme la Paraffinum liquidum sont composées de chaînes d’hydrocarbures qui ne peuvent pas être métabolisées par l’organisme.

Hélas, ces ingrédients comptent aussi beaucoup de désavantages… Ils sont issus de la pétrochimie et leur bilan écologique est désastreux. Se retrouvant dans l’environnement une fois rincés (on les trouve dans les gels douches), ils sont polluants.  Enfin, ils n’apportent aucun élément nutritif à la peau et se contentent de s’y déposer sans interagir avec elle.  Les huiles minérales sont d’ailleurs réputées comédogènes.  On peut considérer que leur présence dans un soin pour la peau est donc dénuée de sens, car pourquoi les utiliser alors que des huiles végétales riches en nutriments existent ?

Comment les identifier dans vos produits ? Leurs petits noms…

Les noms les plus courants des huiles minérales sont : paraffinum liquidum, petrolatum, cera microcristallina, ceresin, paraffin, mineral oil… Lisez la liste de vos crèmes hydratantes, crèmes de soin en tout genre et fonds de teint qui en contiennent très probablement.

Mmmmh… De la bonne huile minérale pour bébé !  (Johson’s huile pour bébé, pour ne pas la nommer)

Dans quelles marques ?

L’Oréal, Clinique, Biotherm, Chanel, Yves Rocher, Vichy, Avène, Mixa, Dove, Garnier… Presque toutes les grandes marques conventionnelles, sur tous les circuits de distribution, utilisent des huiles minérales

Des études ont prouvé que certaines huiles minérales sont préjudiciables à la santé.  Surtout quand elles sont employées dans des produits comme les rouges à lèvres, qui atterrissent en grande partie dans l’estomac.

Le Dr Allan H. Conney (Chercheur à l’université Rutgers au New Jerseya), en procédant à des essais sur des crèmes contenant du sodium lauryl sulfate (voir le 3e ingrédient du présent article) et de l’huile minérale, a découvert que les souris sur lesquelles on avait appliqué cette crème, ont développé des cancers, contrairement aux autres.  À bon entendeur !

2.  Les huiles et cires de silicone

Ces substances entièrement synthétiques, dérivées du silicium et contenant des atomes d’oxygène, sont employées dans une multitude de produits.  La Dimethicone est l’une des matières premières les plus utilisées pour les formules de protection de la peau, de soins capillaires et de rouges à lèvres.

On trouve aussi la Cetyl dimethicone copolyol, la Phenyl trimethicone, la Stearyl dimethicone. Les huiles de silicone sont douces et s’étalent bien sur la peau (encore faut-il qu’elles soient de bonne qualité !). Elles sont de loin préférables aux huiles minérales, mais elles ont un grave inconvénient : elles sont très peu biodégradables et nocives pour l’environnement et donc indirectement pour notre santé. Par ailleurs, dans les shampoings et les huiles à barbe, elles auraient tendance à étouffer le cuir chevelu.

3.  Les SLS

Par exemple, le Sodium-laureth-sulfate ou le sodium-lauryl-sulfate agressifs pour les muqueuses. Ils sont responsables d’irritations cutanées et allergiques au niveau de la peau, des yeux et de muqueuses.

 

Les étiquettes de vos produits…

Allez donc jeter un petit coup d’œil sur les étiquettes de vos produits….

Pour les lecteurs qui sont friands d’aller au fond des choses, vous trouverez en fin d’article une liste de références sérieuses.

Gardez espoir

Gardez espoir, on trouve de plus en plus couramment des recettes sur internet pour fabriquer tous les produits qu’utilise la famille allant du dentifrice au maquillage, en passant par les crèmes hydratantes et les shampoings !  Bien sûr il faut y consacrer du temps…

Sachez aussi que de plus en plus de petites entreprises locales se développent pour offrir des produits de très grandes qualités à prix compétitifs.  Moi-même j’ai une offre intéressante, et comptez sur moi pour élargir ma production en fonction de vos besoins et demandes.

Pour avoir des exemples de ce que je fabrique déjà

Pour en savoir plus, allez voir sur mon site internet la section « Tous les produits » et sélectionnez la catégorie « Cosmétiques ».  Voir aussi mon blogue « Du shampoing et pas de bouteille à la mer!!! ».

 

Recette à faire à la maison

Gommage très doux au sucre pour le visage

Pour un seul gommage

Dans un bol, mélanger à l’aide d’une fourchette, d’une cuillère ou d’une spatule :

1 bonne cuillère à soupe de sucre en poudre très fin

1 c. à soupe d’huile végétale au choix : olive, noisette, macadamia ou argan

Massez délicatement le mélange obtenu sur le visage humide en mouvements circulaires, du milieu du visage vers l’extérieur.  Si le mélange vous semble trop abrasif, ajoutez un peu d’huile végétale ou un peu d’eau chaude avec le bout des doigts.  Rincez abondamment à l’eau tiède avant de sécher à la serviette.

                                                                                               Recette tirée de « Adoptez la cosmétique » (Julie Kaibeck)

 

Niveau de conscience

Ce billet voulait surtout apporter une réflexion par rapport à des habitudes et gestes qu’on répète au quotidien.  Je crois important qu’il se passe un déclic dans nos cerveaux afin de réaliser ceci, de mettre de l’ordre et une sage prudence par rapport à notre consommation et nos choix qui affectent notre santé à long terme.

Comme herboriste j’ai cette conscience à fleur de peau et je tiens à la partager autour de moi.  Je n’ai juste pas de milliers de dollars à investir en marketing !  Les solutions existent, parlez-en autour de vous !

 

Sources internet

https://fr.davidsuzuki.org/wp-content/uploads/sites/3/2017/09/Sondage-ingre%CC%81dients-toxiques-cosme%CC%81tiques-2010.pdf

https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/securite-produits-consommation/cosmetiques/liste-critique-ingredients-cosmetiques-ingredients-interdits-usage-restreint/liste-critique.html

http://www.penntybio.com/content/20-greenpeace-le-guide-cosmetox

http://penntybio.com/PrestaShop/img/cms/Dossiers/PDF/guide-cosmetox.pdf

 

Bibliographie

FORTIN, Sylvie, Cosmétiques non toxiques, Les Éditions La Presse, Montréal, 2011, 239 p.

FORTIN, Sylvie, Cosmétiques non toxiques – Les nouvelles recettes, Les Éditions La Presse, Montréal, 2017, 223 p.

KAYBECK, Julien, Adoptez la Slow cosmétique, Leduc.s Pratique, Paris, France, 2012, 252 p.

KAYBECK, Julien, CASAMAYOU, Annie, Je soigne ma peau au naturel, Leduc.s Pratique, Paris, France, 2018, 287 p.

STIENS, Rita La vérité sur les cosmétiques, Leduc.s Éditions, Parie, France, 2012, 432 p.

STIENS, Rita La vérité sur les cosmétiques naturels, Leduc.s Éditions, Parie, France, 2005, 313 p.

 

Share Button